Attention : ces 6 tendances que chacun affirme éviter peuvent aussi être les nôtres… En tous cas, je les rencontre régulièrement sur le terrain 😉

Il peut y avoir beaucoup de souffrance dans une organisation, lorsqu’un leader/manager/cadre verse dans l’une ou l’autre des 6 tendances suivantes :

Le narcissique arrogant
Un bon leader a réglé ses problèmes d’égo, c’est-à-dire que la vie/sa volonté/les circonstances ont remis celui-ci à sa juste place. Rester égo-centré et concentré sur son propre agenda peut conduire à user et abuser des ressources matérielles et humaines.

Le professionnel froid
Peu à l’aise avec le relationnel, toujours en mode travail et performance. L’organisation peut avoir des succès car drivée par des objectifs et des résultats tout en passant à côté des besoins réels des personnes (client, collaborateur, fournisseur…).

Le tyran colérique
Peur et manipulation sont utilisées pour dominer et/ou pour exiger une loyauté totalitaire. Ce manager est en fait mû par sa peur et devient suspicieux envers tout ce qui peut paraître menacer sa position…

Le je-sais-tout peu sûr de lui
Un management sain implique de savoir demander de l’aide, des conseils, d’assumer ses limites. Le risque sinon, outre les conséquences de ces mêmes limites, est de ne s’entourer que de personnes qui ne me remettent pas en question !

Le faible indécis
Gare à la tendance à suivre l’opinion, le dernier qui a parlé plutôt que de rester ferme dans ses convictions et d’assumer une ligne stratégique cohérente. Le courage, c’est avancer… avec la peur 🙂

Le prudent étroit d’esprit
C’est la peur du changement, un management en mode maintenance permanente. Une organisation et un management agiles demandent souplesse et exigent parfois de penser « hors de la boîte » comme disent les anglo-saxons.


Tendances caricaturales, vraiment ? Nous sommes tous tentés ou sensibles ; discutons-en en coaching.

Contact !

On est super réactifs ;-)