On a beau être entre adultes, les relations dans une organisation ressemblent parfois à une cour d’école. C’est super lorsque c’est l’enfant libre qui s’exprime ;- )

Mais le sujet de cet article, c’est la maturité dans les relations interpersonnelles, notamment dans un contexte professionnel ou associatif, et l’influence considérable qu’a ce niveau sur le bien-être global et la performance collective.
Plus ça va, plus je constate que l’organisation est mature à la mesure de la maturité de ses membres, à commencer par les plus influents d’entre eux. Cela fait des années que je pense, par exemple, qu’un candidat à une élection devrait pouvoir présenter une sorte de carnet de santé/vaccination axé développement personnel.

Les signes de déficit de maturité et donc de recul se manifestent souvent par de l’hypersensibilité, celle qui me fait prendre toute remarque d’un collègue et à fortiori d’un supérieur comme une remise en question de mon professionnalisme voire comme du harcèlement. A moins d’être dans un contexte managérial globalement toxique, cela relève pour moi d’un jeu manipulatoire, souvent inconscient d’ailleurs.
Cela pourrait être le signe d’un déficit de cadre ; d’où la remarque que j’entends parfois au cours de mes missions : « Mais on se croirait dans une cour de récréation ici ! ».

Je mettrais en avant 2 signes de maturité :

  • la capacité à recevoir du feedback et à se remettre en question, même si celui-ci est mal donné
  • le soin apporté dans la forme de sa communication surtout lorsque j’ai quelque chose à redire

Sur ce dernier point, que penser, par exemple, d’une rédaction d’emails avec un usage – rageur – de points d’exclamation ?
Que penser lorsque je vire les affaires d’un collègue car elles sont sur mon « territoire » et que j’expose ces dernières sur un bureau avec un écriteau du genre « ces affaires n’ont rien à faire là ! » ?
Qu’en pensez-vous, vous ?


Tous les défis du vivre et faire ensemble, constitutifs d’une agilité collective basée notamment sur un bon travail sur soi :-).

Contact !

On est super réactifs ;-)